Meubles à double fond célèbres

Les meubles secrets, ceux à double fond, les portes dérobées, les armoires dissimulées font partie intégrante des mystères de notre histoire et son mobilier. Ils entretiennent les fantasmes et tiennent en haleine ceux et celles qui s’y intéressent…

Château de Malmaison

Château de Malmaison

L’exposition « meubles à secrets, secrets de meubles » leur a même été consacrée au château de Malmaison en 2019. Il s’agissait de mettre en lumière les meubles secrets prisés par L’Empereur Napoléon Bonaparte et l’Impératrice Joséphine. Mais si ces meubles étaient encore à leur apogée pendant l’Empire, celle-ci a commencé bien avant, dès la fin de l’Ancien Régime.

Le Siècle des Lumières est celui de nombreuses découvertes scientifiques, de progrès fulgurants en horlogerie, de la curiosité et de l’amélioration de techniques ancestrales. C’est ainsi que l’ingéniosité des ébénistes, couplée à celle des serruriers, a donné naissance aux meubles mécaniques dont les premiers furent réalisés par l’ébéniste allemand Jean-François Oeben. La plus célèbre de ses créations est sûrement le fameux Secrétaire à cylindre exécuté pour Louis XV et conservé au château de Versailles.

Bureau du roi louis XVI

Secrétaire à cylindre du Roi Louis XV – Château de Versailles

Mais voilà, les contemporains du XVIIIème siècle ne sont en réalité pas les premiers à avoir imaginé et profité de ces meubles dont les astuces nous laissent souvent pantois. Au XVIème siècle déjà était contée une histoire sur une « armoire à poisons » dissimulée dans un cabinet

L’armoire à poisons de la Reine Noire

Catherine de Medicis

Catherine de Médicis 1519 – 1589

Catherine de Médicis a une bien mauvaise réputation… Accusée d’avoir commandité le massacre de la St Barthélémy en 1572, elle a acquis la renommée d’être une empoisonneuse. Elle aurait ainsi assassiné dix personnes, uniquement des hommes et des protestants.
Dans ses appartements du château de Blois, il est encore possible de visiter son cabinet Renaissance où se trouve ce que l’on appelle « l’armoire à poisons » de la reine. Les 237 panneaux sculptés cachent quatre placards que l’on ouvre grâce à une pédale dissimulée dans la plinthe. Il arrive néanmoins un moment où l’histoire triomphe, même si le pittoresque et la légende y perdent.

A noter 

Si ces placards secrets existent vraiment, ils n’ont servi en réalité qu’à ranger des livres et des œuvres d’art.

Meuble célèbre à poison

« l’armoire à poisons » de la Reine – Château de Blois

L’armoire de fer de Louis XVI

Plan Palais Tuilleries

Palais des Tuileries – Paris

Plus de deux siècles séparent l’histoire de la Reine Noire de celle de Louis XVI mais il est toujours question d’armoires. Le Roi, passionné de serrurerie passait beaucoup de temps avec François Gamain, serrurier de son état qui avait accès à ses appartements privés. En août 1792, le roi et sa famille sont arrêtés et conduits à la prison du Temple. Quelques semaines après, le 20 novembre 1792, est révélée l’existence d’une armoire secrète conçue par Gamain. C’est lui-même qui conduira le Ministre de l’Intérieur devant la cachette.

Dans le petit couloir qui mène à la chambre à coucher du roi, a été creusée dans le mur une cache dissimulée à la vue par une plaque en tôle peinte de la même couleur que la pierre. Y auraient été retrouvés 726 pièces, lettres et documents, accréditant le rapprochement du roi avec les puissances ennemies de la Révolution.

Armoire de fer de Louis XVI

L’armoire de fer – Palais de Tuileries

Le secrétaire à abattant de Napoléon

Les siècles se suivent et ne se ressemblent pas, mais le besoin et l’envie de mystère se font toujours ressentir. Ils le sont d’autant plus que la sphère privée des têtes couronnées ou des grands de ce monde est envahie par les domestiques et qu’il peut être difficile de dissimuler à leur vue des bijoux, des documents confidentiels, des lettres compromettantes ou des billets doux. Simon-Nicolas Mansion qui offre le secrétaire à abattant à Napoléon en août 1806 espérait sûrement que l’Empereur s’en serve comme de son meuble à secrets fétiche.

Secretaire Simon-Nicolas Mansion

Secrétaire à abattant de Napoléon – Simon-Nicolas Mansion

Après l’avoir ouvert avec une clé, s’offre à la vue une succession de ce qui paraît être des casiers pleins mais qui sont en réalité autant de caches. Des tiroirs secrets s’ouvrent également sur le dessus et à l’intérieur du meuble.

Pour la petite histoire
Sur la tranche de chaque cache, on peut y lire le message suivant : « Dédié à Napoléon 1er, Empereur des français, par son très humble et très obéissant serviteur Mansion »

Qui dit secret, dit mystère. Qui dit mystère, dit légende…. Les meubles à double fond ont alimenté le mythe pendant des siècles. Quels seront les prochains ?

Sommaire
Idées de sujets
Pour en savoir plus
Articles à lire
Les meubles célèbres en peinture
Quels sont les points communs entre la célèbre chambre de Van Gogh à Arles, les fameux joueurs de carte de Cézanne ou encore l’incontournable Cène de Da Vinci ? Au delà des artistes qu’on ne présente plus, le mobilier représenté dans leurs oeuvres est passé à la postérité. Moins connues
Les meubles au Moyen-Age, utiles avant tout
Sommaire et limité, tels sont les adjectifs les plus adaptés pour définir le mobilier médiéval et ce quelle que soit la richesse de ses propriétaires. On détient souvent peu de meubles. Quelques armoires, un coffre, une table et un lit. Principalement conçus en bois massif, le mobilier est avant tout
Meubles style Renaissance à la française
Évoquer les meubles de style Renaissance, c’est se plonger dans le siècle de François Ier dont on dit souvent qu’il a sauvé son règne grâce à l’art. Influencé par les campagnes militaires en Italie menées à la fin du XVème siècle au cours desquelles la richesse du mouvement artistique humaniste imprègne
Commentaires
Tous les commentaires
Commentaires

Défiler vers le haut